Jeux pas longtemp!

Appareils à sous dans les salles de jeux et établissements gastronomiques

DruckversionDruckversionPDF versionPDF version

Les machines à sous ne sont pas considérées comme jeux de hasard et relèvent du domaine du droit industriel et commercial. C’est la raison pour laquelle le problème particulier réside dans le fait que ces «appareils pour divertir avec possibilité de gain d’argent», apparus comme «tombes à sous» inoffensives dans les années 60 et 70, ont été développés depuis les années 80 par l’industrie des appareils automatiques pour en faire des appareils présentant un danger élevé d’addiction. De par leur risque d’addiction, les appareils de cette génération sont à placer sur le même plan que les appareils pour jeux de hasard dans les casinos publics.

ls réunissent de nombreux aspects du potentiel d’addiction:

  • Fréquence d’événements élevée: les directives de l’ordonnance Spielverordnung, à savoir 5 secondes par jeu, sont contournées par la transformation de mises d’argent en points en jeu, ce qui permet d’atteindre des séquences de jeu inférieures à 5 secondes.
    Le 6e amendement à la SpielVO de novembre 2014 interdit à l’avenir le jeu à points.
  • Participation active du joueur par des touches de démarrage, d’arrêt et de risque.
  • Appât du gain élevé par contournement des directives légales sur certains appareils : des mises pouvant atteindre une valeur de 2 € et plus et des gains d’une contrevaleur pouvant aller jusqu’à 10.000 € y sont possibles (Meyer 2010).
  • Commutation des mises d’argent et des gains sur un compte de points et inversement.
    1 cent = 1 point) : ainsi, la valeur pécuniaire n’est plus perçue de façon adéquate par le joueur (modification par le 6e amendement de l’ordonnance SpielVO).
  • Pour finir, ces appareils à sous dans les salles de jeux sont librement accessibles – à l’inverse des appareils automatiques dans les casinos publics – à partir de l’âge de 18 ans.
    Dans la gastronomie, il n’existe de facto guère de contrôles de l’âge aux appareils automatiques.
    Ceci les rend particulièrement dangereux pour les groupes à risque – dont font également partie les jeunes gens.

Différentes études mettent en évidence que 75% minimum des personnes souffrant d’addiction aux jeux de hasard et qui cherchent de l’aide dans un service de consultation sont des joueurs sur appareils à sous.